Accueil/Définition du Growth Hacking : comprendre cette technique marketing
Définition du Growth Hacking : comprendre cette technique marketing2020-07-17T18:52:10+00:00
Accueil
Outils
Formation
Articles

Définition du Growth Hacking : comprendre cette technique marketing

Le Growth Hacking est une stratégie de marketing digital axée sur le tunnel de conversion AARRR pour un maximum de taux de conversion des visiteurs potentiels.

Disputer un marché, quel qu’il soit, n’est pas chose facile. Avec la mondialisation et la globalisation financière, les offres ne cessent d’augmenter face à une demande presque stagnante. Suivre un chemin conventionnel devient de moins en moins sollicité par le monde des affaires.

C’est pourquoi, dans cet article, nous parlerons du Growth Hacking ; une pratique pas très orthodoxe mais de plus en plus adoptée par la plupart des entreprises naissantes (les startups).

Outils
Formation
Articles

Qu’est-ce le Growth Hacking ?

Le Growth Hacking est tout simplement une technique utilisée pour augmenter rapidement le taux de conversion de visiteurs d’un site en consommateurs effectifs. Evidemment, le but étant de vendre le maximum de produits, donc obtenir le maximum de chiffre d’affaire et de bénéfice. Celui qui pratique le Growth Hacking est appelé un Growth Hacker (pirate de croissance).

Le Growth Hacking est une technique car il relève de la maîtrise des procédés nécessaires pour attirer et convertir un client potentiel. Ces procédés commencent par l’attraction des visiteurs par un bon référencement et se terminent par une habitude d’achat de ceux-ci.

Précisons que le terme « site » dont nous avons énoncé précédemment ne se limite pas seulement aux simples sites internet mais il concerne aussi la plupart des réseaux sociaux.

Le terme « Growth Hacking » signifie littéralement « Piratage de Croissance ». Nous parlons de piratage car d’un côté, l’approbation de la méthode utilisée ne fait pas encore l’unanimité chez les concurrents concernés – une divergence d’opinion due à la différence d’éthiques professionnelles. Et d’un autre côté, un problème de notoriété car cette même méthode est appliquée à un public ignorant dont l’avis et le consentement n’ont pas été sollicités.

Définition growth hacking

Le Growth Hacking opère essentiellement sur un tunnel de vente particulier appelé « tunnel de conversion AARRR » qui, comme son nom l’indique, est composée de 5 étapes successives :

  • L’acquisition : plus précisément l’acquisition de trafics, représente la première phase dont l’objectif est d’amasser le plus grand nombre de visiteurs pour un site donné. Elle se réfère surtout aux différents tests pratiqués par le Growth Hacker à la fois sur le référencement et sur les différents canaux de communication (emails, emails programmés, emails événementiels, tchats, fenêtres d’atterrissage, etc.) pour déterminer au mieux le moyen à exploiter pour obtenir le meilleur résultat possible.
  • L’activation : une fois le visiteur acquis (arrivé sur la page du site en question), le but du Growth Hacking est d’optimiser l’interface d’accès pour susciter l’intérêt et la curiosité de celui-ci pour une souscription à un produit (un bien matériel ou un service octroyé). Il pourra désormais commencer à consommer même juste pour un essai.
  • La rétention : comment retenir le client ? le Growth Hacking répond à cette question en agissant sur des principes qui soulèvent la mise en avant du produit : le rappel de son existence au client, la promotion d’une nouvelle série ou d’une offre spéciale, etc. Le but est de produire une certaine récurrence sur la consommation dudit produit par le client ciblé.
  • Le revenu : avec une consommation unique ou régulière, le consommateur procure un revenu pour l’entreprise. Le Growth Hacking agit entièrement sur la fidélisation du client en lui offrant un large choix de catégories de produits présentés clairement avec les meilleures méthodes de conception de prix (prix arrondi, prix psychologique, prix magique, etc.), ainsi que différentes modalités de paiement pour faciliter chaque transaction.
  • La recommandation : il s’agit ici de la recommandation faite par le client visiteur pour inciter d’autres personnes à consommer le produit (bien ou service) ; dans une relation directe entre les individus, nous qualifions cela de phénomène de bouche à oreille. Le Growth Hacking a transformé ce phénomène en un outil formidable pour la persuasion de masse en utilisant en l’occurrence le système de notation par étoiles (le plus en vogue actuellement), la possibilité pour un visiteur de recommander directement un produit à partir du site ou de l’application, les différents blogs pour les avis entre consommateurs (qui pourraient cependant dégager un revers indésirable), etc.

Technique de Growth Hacking, retour sur les origines

De par ses principes, le Growth Hacking est un concept qui n’est pas nouveau pour les préceptes d’une stratégie marketing. Il doit son propre nom au fait qu’il agit principalement dans le domaine digital et que son usage a fait des miracles ces dix dernières années.

growth hacking exemple

« Growth Hacking » est un terme anglais inventé en 2010 depuis les Etats-Unis par l’entrepreneur Sean Ellis actuellement à la tête de la firme GrowthHackers. L’histoire a voulu que cet investisseur providentiel à la fois conseiller en démarrage pour les startups déclenche une évasion agressive pour les produits Dropbox, LogMeIn, Eventbrite et Lookout, que par la suite il a lui-même nommé l’ensemble des procédés qu’il a adoptés en Growth Hacking.

Des bruits courent comme quoi la locution « Growth Hacking » a été inventée par Sean Ellis pour avoir expliqué à son successeur au sein de la société Dropbox ce qu’étaient ses attributions. Sean Ellis occupait le poste de marketeur au sein de cette firme mais n’aurait pas voulu user du mot marketing pour définir sa fonction.

L’idée du Growth Hacking demeure en un développement à grande vitesse malgré des moyens limités. D’où son essence initialement véhiculée pour les entreprises naissantes (les startups).

Exemples de Growth Hacking bien connus

Dans cette section, nous étalerons quelques entreprises qui ont bénéficié du Growth Hacking, une circonstance qui les a ainsi menées à un essor international incomparable.

  • growth hacking FacebookFacebook : oui Facebook, le plus connu et le plus florissant des réseaux sociaux a été coupable de l’usage du Growth Hacking. Mark Zuckerberg, dans ses débuts, volait des informations confidentielles en piratant le système de stockage des fichiers des étudiants de son université. C’était, pour lui, le moyen le plus rapide mais pas forcément le plus conseillé, pour mettre en connaissance de ses congénères l’existence et la présentation de son produit. Facebook a ensuite pris de l’ampleur en développant une certaine obsession chez les utilisateurs et en permettant d’effectuer de plus en plus d’actions sur son application.
  • growth hacking hotmailHotmail : bien avant l’invention du terme « Growth Hacking» en 2010, le service de messagerie d’Hotmail fut la première représentation de ce que renfermait le piratage de croissance. La fameuse expression « S : I love you. Get your free email at Hotmail» a rendu célèbre la firme Hotmail grâce au message véhiculé à travers chaque courrier envoyé par chaque expéditeur ; une publicité qui a coûté le moindre effort et une économie de temps ainsi que d’argent.
  • growth hacking dropboxDropbox : avec les principes du Growth Hacking, la firme s’est mise à l’évidence qu’octroyer davantage d’espace de stockage était le meilleur moyen pour garantir la rétention et la recommandation des utilisateurs qui se présentent comme parrains de nouveaux inscrits. Le désir insatiable de toujours vouloir plus a conduit à une bouche à oreille sans limite dégageant ainsi une grande notoriété de Dropbox sur le plan international, d’où sa renommée actuelle en termes d’espace de travail intelligent.
  • growth hacking netflixNetflix : cette marque, récemment félicitée pour la qualité de ses émissions, nous révèle très clairement les principes d’un Growth Hacking réussi ; l’acquisition et la diffusion de programmes télévisés attrayants pour inciter les téléspectateurs à s’y abonner, l’omniprésence dans la plupart des réseaux sociaux pour se mettre en valeur et communiquer directement avec les internautes, l’optimisation de la qualité de transmission ainsi que la minimisation des données consommées, tels sont les procédés adoptés par Netflix pour conquérir son public et profiter des meilleures facettes du Growth Hacking.
  • growth hacking instagramInstagram : plusieurs propositions, les unes proliférantes tandis que les autres dégradantes, ont pavé le parcours de l’un des réseaux sociaux les plus utilisés au monde, Instagram. Ces propositions constituent littéralement les différents tests effectués par l’entreprise afin de déterminer la meilleure façon de se développer le plus optimalement possible. Prenons par exemple le cas de la géolocalisation qui, à elle seule, a été d’un effet négatif auprès du public cible ; par contre, la mise en place de la possibilité de publication et de partage de photos a provoqué l’effet inverse exponentiellement positif pour l’accaparement des visiteurs jusqu’à leur récurrente connexion et leur large recommandation, cette pratique est même devenue le principal centre d’intérêt pour les utilisateurs d’Instagram.

La différence entre le Growth Hacking et le marketing

Plusieurs conceptions définissent les fondements du Growth Hacking ; dès lors, le terme « Marketing » est trop vague pour s’y comparer. Le Growth Hacking est une stratégie particulière dont les valeurs se recentrent sur les principes marketing et dont les objectifs ne s’y opposent nullement.

D’un certain point de vue, la comparaison serait plutôt entre le Growth Hacking et le marketing considéré comme traditionnel. Ce dernier consiste en l’usage des divers canaux de communication traditionnels comme les spots et les différents panneaux publicitaires, le bouche à oreille, les diverses annonces dans les quotidiens. Tandis que le Growth hacking se limite uniquement mais largement sur les pratiques digitales de communication tels que les emails, les pages d’annonces, les présentations sur les réseaux sociaux, etc. Nous pouvons ainsi constater que seuls les moyens diffèrent mais les objectifs restent les mêmes.

Techniques de Growth Hacking, définition d’un marketing réussi

Bref, le Growth Hacking peut être interprété comme une branche à part entière du marketing en général. D’ailleurs, tous les procédés qui s’y rattachent prônent les valeurs fondamentales d’une bonne stratégie marketing.

Le Growth Hacking a déjà fait ses preuves chez de nombreuses firmes internationales dont le développement ne fait que s’améliorer. Nous conseillons donc, pour les envieux de la réussite, la pratique de cette stratégie.

Les derniers outils de Growth Hacking :

Voir tous les outils Growth Hacking